Le député M’jid El Guerrab (LRM) et le cadre socialiste Boris Faure ont eu une rixe d’une violence grave mercredi 30 août. Boris Faure a été transporté à l’hôpital après avoir reçu deux coups de casque de moto au niveau du crâne. Accusé de « violences volontaires avec arme », le député de la République en marche dénonce une agression et des insultes de la part de son rival.

Rarement une telle violence est observée dans la classe politique, qui a plus  pour habitude de confronter des idées dans un hémicycle, que d’échanger insultes et coups sous le regard choqués des passants du 5ème arrondissement de Paris.

Pourtant, la scène se déroule le mercredi 30 août dans les rues de la capitale. Des insultes sont échangées avant ces deux coups de casques de moto que le député de la 9ème circonscription des Français de l’étranger inflige à Boris Faure.

Transporté à l’hôpital avec un traumatisme crânien, le cadre du parti socialiste conteste la version donnée par son rival. D’ailleurs les deux hommes se connaissent et nourrissent un contentieux depuis déjà plusieurs mois.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête mercredi 30 août suite à cette violente altercation.

Vendredi 1er septembre, M’jid El Guerrab s’est mis en « congé » de son parti à l’Assemblée nationale avant d’être placé en garde à vue pour vingt-quatre heures.

Samedi 2, il est mis en examen par un juge d’instruction au motif de « violences volontaires avec arme », ayant entrainé une incapacité totale de travail supérieure à huit jours.

Mardi 5 septembre, M’jid El Guerrab devra se présenter  au conseil d’administration de La République en marche pour  s’expliquer sur ce geste.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom