Vendredi 26 octobre, le FBI a annoncé l’arrestation d’un individu âgé de 56 ans dans le cadre de l’enquête sur les colis piégés aux États-Unis.

Le suspect, Cesar Sayoc, a été interpellé au volant de sa camionnette dans la ville de Plantation, près de Miami en Floride.

Il a été identifié grâce à son ADN et aux empreintes digitales laissées sur les colis piégés.

Poursuivi pour envoi illégal d’explosif et quatre autres chefs d’accusation, il encourt une peine de quarante-huit ans, selon Jeff Session, le ministre de la justice américain.

Depuis le début de la semaine, les autorités ont intercepté treize colis piégés. Ils étaient adressés à des personnalités en opposition à la politique du président Donald Trump.

Le premier destinataire est un milliardaire, George Soros, un important donateur du parti démocrate.

Ensuite, on retrouve Barack Obama, son vice-président Joe Biden, sa secrétaire d’État Hillary Clinton, la célébrité Robert De Niro.

Eric Holder, ancien ministre de la justice, John Brennan, qui dérigeait la CIA, Maxine Waters, qui siège à la Chambre des représentants, Cory Booker et Kamala Harris, qui sont sénatrices, et enfin James R. Clapper, qui dirigeait le renseignement national, complètent la liste des personnes ciblées par ces colis piégés.

Aucun de ces envois n’a pu arriver à destination et ils n’ont pas explosé. Il s’agissait d’un engin explosif emballé dans du papier bulle.

Cependant, plusieurs experts ont décrit ces engins explosifs comme étant rudimentaires. Même si ces colis piégés ne sont pas des « canulars », il était plus question de faire peur que de tuer.

Au cours d’une réception à la Maison Blanche, le président Donald Trump a salué « le travail incroyable » du FBI, avant de déclarer : « nous ne pouvons laisser la violence politique prendre racine en Amérique ».
SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.