Samedi 29 juin, deux individus ont été mis en examen et écroués dans le cadre de l’affaire des attentats de l’Aude survenus en mars 2018 à Trèbes et Carcassonne.
Reda E. et Soufiane M., 29 et 27 ans, ont été arrêtés mardi 25, puis présenté au juge d’instruction en charge de l’enquête dans la soirée de vendredi.
D’après des sources judiciaires, ils sont soupçonnés d’avoir joué un rôle dans l’obtention des armes utilisés par Radouane Lakdim.
D’ailleurs certaines armes n’ont toujours pas été retrouvées.
Les deux hommes sont poursuivis pour « association de malfaiteurs criminelle » mais aussi pour « détention, cessions d’armes ou munitions de catégories A ou B », « en relation avec une entreprise terroriste », selon une source proche du dossier.
Mardi, trois autres individus avaient été arrêtés, avant d’être libérés jeudi et vendredi.
Dans l’affaire des attentats de l’Aude, quatre autres personnes ont été mises en examen et placées en détention, dont la compagne du terroriste, une mineure radicalisée âgée de 17 ans aujourd’hui.
Radouane Lakdim, un jeune délinquant de 25 ans qui s’est radicalisé, avait volé un véhicule après avoir tué son conducteur et blessé le passager par balle le 23 mars 2018 à Carcassonne.
Après ça, il s’est rendu dans un supermarché à Trèbes où il avait tué un employé, un client et le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame.
Ce militaire s’était livré comme otage pour permettre de libérer une femme.
Des gendarmes ont finalement abattu le terroriste. Cette attaque avait été revendiquée par l’organisation terroriste Etat islamique (EI).
SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.