Jeudi 10 janvier, Christophe Dettinger a été placé en détention provisoire par le tribunal correctionnelle de Paris suite à l’agression de deux gendarmes le samedi 5 janvier à Paris, pendant « l’acte 8 » des « gilets jaunes ».

L’homme de 37 ans, qui s’était rendu le mardi 8 janvier, avait été placé en garde à vue dans un commissariat du 4èmearrondissement, avant sa comparution immédiate le mercredi 9 janvier pour « violences volontaires en réunion sur personne dépositaires de l’autorité publique ».

Lors de la comparution immédiate, le prévenu avait demandé, de plein droit, un délai afin de préparer sa défense, ce qui a été accordé : le procès aura lieu le 13 février prochain. Cependant, conformément aux réquisitions du parquet, l’ex boxeur patientera en mandat de dépôt, a décidé le tribunal correctionnel.

Les faits se sont déroulés le samedi 5 janvier à Paris, dans le cadre du mouvement de grogne populaire des « gilets jaunes ».

« L’acte VIII » qui correspond au huitième samedi de mobilisation dans plusieurs villes en France.

Christophe Dettinger avait été filmé passant une barrière et entrant en contact physique, une première fois, avec un gendarme qui formait un barrage avec d’autres militaires.

Ils essayaient de bloquer le passage d’un pont sur lequel se déroulait l’affrontement incontrôlé par les autorités.

Dans un second temps, dans un mouvement de foule, un gendarme est jeté à terre et Christophe Dettinger lui inflige une succession de coups.

La médiatisation de l’affrontement par la presse et les réseaux sociaux avait permis d’identifier le prévenu.

Dans un vidéo posté par lui-même, Christophe Dettinger affirme s’être « défendu » en avouant avoir « mal réagit ».

En attendant, ce père de famille encourt une peine pouvant aller jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende.

Il a été placé dans un centre de détention de l’administration pénitentiaire, un bâtiment prévu pour les prévenus en attente de procès.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.