Le 22 juillet dernier, deux Français ont été arrêtés pour des soupçons de pédophilie au Népal.

Ces deux hommes, Denis Chupau et Christophe Guilloux, sont « détenus à la prison centrale de Katmandou pour vingt-cinq jours de garde à vue », selon l’ambassade de France, qui a précisé « que les deux suspects bénéficient de leurs droits », mais ne pas pouvoir leur rendre visite, « la justice népalaise est souveraine et indépendante et nous n’avons pas à interférer ».

Les deux hommes, âgés de 38 et 42 ans, étaient sur le point de fuir le Népal quand les enquêteurs du Bureau central d’investigation (BCI) les ont interpellés à l’aéroport international Tribhuvan, dans la capitale du pays de l’Himalaya.

Surveillés à la suite de plaintes déposés par des parents des jeunes victimes présumées, ces deux Français sont accusés d’avoir abusé de plus de huit enfants âgés de 10 à 14 ans.

Naragayan Singh Khadka, qui dirige le BCI, a expliqué : « ils attiraient des enfants pauvres en leur offrant de l’argent, du chocolat et des maillots ou ballons de football ».

Ces deux individus sont arrivés courant 2017 dans ce pays qui attire beaucoup de touristes sexuels pédophiles depuis quelques années.

Ajaya Gurung, qui est porte-parole du ministère de la Loi et de la Justice a déclaré : « le Népal ne sera pas la Thaïlande d’une certaine époque ni l’arrière-cour de ces criminels qui profitent d’une situation difficile de notre pays, depuis le séisme de 2015, en achetant une proximité malsaine avec des enfants ».

Ces Français avait déjà été condamné en France mais aussi au Canada pour des faits d’agression sexuelles mais aussi pour avoir des liens étroits avec une association canadienne qui se revendique pour la « liberté pédophile », et qui offrait « un support technique et administratif et logistique aux minorités sexuelles ».

Cette association a été dissoute après une enquête des autorités de la province canadienne de Québec.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.