Hier, le Tribunal Suprême espagnol a confirmé la condamnation d’un couple – originaire de Gambie-  à 6 et 2 années de prison ferme pour l’excision de leur petite fille âgée de 3 ans.

Mamadou D. et Nyuma S., tous deux originaires de Gambie, ont été condamnés le mercredi 5 décembre à 6 ans et 2 ans de réclusion pour avoir pratiqué l’excision sur leur fillette alors qu’elle n’était âgée que de huit mois. Ce jugement vient confirmer la peine qui avait été prononcée par l’Audience provinciale de Teruel – située au nord de l’Espagne-.

La mère, arrivée plus tard que son compagnon sur le territoire espagnol, a écopé d’une peine plus légère en raison de son ignorance de la législation espagnole où la pratique est interdite.

L’excision consiste en l’ablation du clitoris chez la jeune fille et serait d’après le couple, une pratique ancestrale qui faciliterait l’intégration de la fille à la communauté en Gambie.  Pour leur défense, ils ont affirmé lui avoir sectionné le clitoris lorsqu'ils étaient encore dans leur pays d’origine, ce que le tribunal suprême n’a pas manqué de récuser grâce aux rapports des examens médicaux de l'enfant.

De fait, les examens pédiatriques avaient donné lieu à deux expertises : l’état général de la petite fille à ses six mois – y compris ses parties génitales- était  tout à fait normal et six mois plus tard, un second examen médical avait révélé qu’il manquait le clitoris.

Le magistrat Jaoquin Giménez a rappelé aux parents que « l’ablation du clitoris n’était pas culturelle mais une mutilation et un acte discriminatoire vis-à-vis de la femme. »