La nuit du réveillon et la nuit suivante ont été marquées par plusieurs agressions de policiers en région parisienne.

Dans la nuit du dimanche 31 décembre au lundi 1er janvier 2018, une soirée organisée à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) a tourné à l’émeute.

Le lieu où était organisé l’évènement n’est pas prévu pour recevoir du public car il ne répond pas aux conditions de sécurité notamment.

Dans un communiqué, la préfecture du Val-de-Marne explique « l’établissement n’était pas autorisé à ouvrir ».

Antoine Pesme, le vice-procureur du tribunal de Créteil a déclaré au quotidien Le Monde « il y aura une enquête sur les conditions d’organisation de cette soirée ».

Aucune autorisation n’avait été donnée aux organisateurs, leur responsabilité sera donc engagée.

Christian Fautré, le premier adjoint au maire de Champigny a précisé « la propriétaire et le gérant des lieux avaient reçu différents courriers depuis 2016 qui leur rappelaient l’interdiction d’exploiter le hangar pour y recevoir du public ».

La soirée a dérapé quand plusieurs centaines de jeunes, frustrés de ne pas pouvoir accéder à la soirée, s’en sont pris aux forces de l’ordre.

Une gardienne de la paix et un capitaine du commissariat de Chennevières-sur-Marne ont été violemment frappés par plusieurs individus.

Une enquête a été ouverte au motif de « violences en réunion contre personnes dépositaires de l’autorité publique ».

Dans la soirée du lundi 1er janvier, c’est à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis qu’un contrôle sur un scooter possiblement volé a été l’occasion de nouvelles violences contre un agent de police.

La brigade anticriminalité (BAC) a été prise à partie par une bande de jeunes dans la cité des 3 000 alors qu’un individu suspect était sur le point d’être embarqué au commissariat.

Un des fonctionnaires s’est vu prescrire huit jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Un majeur de 24 ans et quatre mineur, dont le plus jeune est à peine âgé de 14 ans ont été placés en garde à vue.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.