Lundi 26 août, sept personnes ont été mises en examen dans le cadre de l’enquête sur des cambriolages survenus chez des joueurs du club de football de la capitale, le Paris-Saint-Germain (PSG).

Six des sept suspects, tous âgés de 25 à 29 ans et déjà défavorablement connus des services de police et de justice, ont été écroués, selon une source proche du dossier.

L’un d’eux était déjà en prison, tandis qu’un autre a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, mais n’a pas été placé en détention.

Ces mises en examen et placements en détention provisoire correspondent aux réquisitions du parquet.

Jeudi 22, la brigade de répression du banditisme (BRB) avait procédé aux interpellations d’une femme et de six hommes, dans les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et à Paris, selon une source judiciaire.

Cette même source a précisé que ces suspects sont poursuivis pour « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime » et « vols en bande organisée ».

Pendant les investigations, des perquisitions menées aux domiciles des prévenus avaient permis aux enquêteurs de mettre la main sur des armes, des bijoux, de l’argent ou encore de la maroquinerie.

A la fin du mois de décembre 2018, deux joueurs du Paris-Saint-Germain avaient été cambriolés à quelques jours d’intervalle.

En tout, les suspects sont accusés d’être impliqués dans cinq cambriolages qui se sont déroulés à Paris.

Le dernier en date, dans la nuit du 20 août, concerne l’appartement parisien d’un membre de la famille royale saoudienne.

Le préjudice matériel de ces cambriolages atteint des sommes en millions d’euros, selon les déclarations des victimes.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.