Mercredi 12 septembre, l’homme qui a agressé sept personnes armé d’un couteau et d’une barre de fer dans la soirée de dimanche a été mis en examen au motif de « tentatives d’homicide volontaire ».

Conformément aux réquisitions du parquet de Paris, l’individu de nationalité afghane a été écroué après quarante-huit heures de garde à vue.

Selon une source judiciaire, le caractère terroriste n’a pas été retenu « à ce stade par les enquêteurs », les différents éléments de l’enquête « n’ont pas permis jusqu’à présent d’expliquer les raisons du passage à l’acte ».

En outre, un examen psychiatrique de l’auteur présumé de l’agression n’a pas mis en avant « de cause d’atténuation ou une abolition de sa responsabilité pénale », a rajouté la même source proche de l’enquête.

L’analyse toxicologique s’est avérée négative, écartant l’hypothèse qu’il aurait agi sous l’influence d’un quelconque produit stupéfiant.

Son identité est encore en cours de vérification, l’accusé serait arrivé sur le territoire national au mois de juin dernier seulement.

Les faits remontent à dimanche soir, il est environ 23 heures quand le suspect, âgé de trente ans vraisemblablement, s’en est pris aux passants dans le quartier populaire et animé du canal de l’Ourcq, dans le 19èmearrondissement de la capitale.

Armé d’une barre de fer et d’un couteau, le forcené a blessé sept personnes, dont trois dans un état jugé sérieux et une hospitalisée dans un état critique.

Il a ensuite été maitrisé par la foule en attendant l’arrivée des forces de l’ordre, qui l’ont hospitalisé et placé en garde à vue.

Parmi les sept victimes, figurent un touriste égyptien d’une quarantaine d’années ainsi qu’un couple de touristes britanniques âgés d’une cinquantaine d’années.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.