Lundi 17 septembre, un suspect a été mis en examen pour « assassinat, enlèvement et séquestration » dans le cadre de l’affaire Sophie Le Tan.

Jean-Marc Reiser, 58 ans, a été placé en détention provisoire à la sortie de sa garde à vue. Il avait été interpellé samedi 15 septembre à son domicile dans la commune de Schiltigheim en Alsace.

Sophie Le tan, une jeune femme âgée de 20 ans, est portée disparue depuis le jeudi 7 septembre.

Cette étudiante, en licence en économie et gestion à l’université de Strasbourg, n’a plus donné de signe de vie après avoir visité un appartement près de Strasbourg.

Jeudi 13 septembre, une information judiciaire a été ouverte pour « enlèvement et séquestration ».

Le suspect Jean-Marc Reiser, qui vit dans la commune où Sophie Le Tan devait visiter l’appartement, a été arrêté par les enquêteurs suite à l’enquête de voisinage et l’analyse de communications téléphoniques.

Yolande Renzi, la procureure de la République de Strasbourg, a déclaré au cours d’une conférence de presse en date du mardi 18 septembre « Tout sera mis en œuvre pour retrouver la jeune fille ».

De plus, la procureure a expliqué que la perquisition au domicile de Jean-Marc Reiser avait permis de découvrir « l’existence de traces de sang, malgré manifestement un nettoyage en profondeur et très récent des lieux ».

Des traces d’ADN retrouvées sur place ont été identifiées comme appartenant à l’étudiante disparue.

Christophe Allain, le directeur interrégional de la police judiciaire de Strasbourg, a déclaré que le suspect avait déjà tenté à deux reprises d’attirer des jeunes filles « dans un piège fatal » en utilisant des annonces immobilières diffusées sur Internet.

En outre, Jean-Marc Reiser est connu des services de police et justice. En 2001, il avait été condamné à une peine de quinze ans de réclusion criminelle par la cour d’assise du Doubs au motif de « viols » commis sur une autostoppeuse étrangère en 1995 et sa maîtresse en 1996.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.