Samedi 28 juillet, le quotidien Le Monde a révélé une nouvelle affaire de violences sexuelles au sein des sapeurs-pompiers de Paris.

Âgée de 20 ans au moment des faits, la jeune femme raconte comment son expérience dans cette institution prestigieuse a tourné au cauchemar.

La victime présumée accuse ses anciens collègues pompiers de la caserne de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) de l’avoir harcelée avec des propos et des comportements déplacés courant l’année 2016.

Quelques semaines après son arrivée dans la caserne, ses acolytes masculins se montrent de plus en plus vulgaire à son encontre.

Des allusions sur son physique, il est question désormais de préservatifs retrouvés dans ses affaires et même d’une main aux fesses.

Alors qu’elle pense recevoir du soutien auprès de sa hiérarchie, la jeune femme, qui souhaitait se confier sur cette situation devenue impossible à vivre, a expliqué avoir été voilée par un caporal le 18 août 2016.

Le lendemain, la victime présumée se faisait licencier, après avoir été déclarée inapte à servir dans l’armée ou la fonction publique par les services de santé de l’armée.

Après ce que l’on pourrait qualifier d’une longue traversée du désert, avec notamment plusieurs tentatives de suicide, la jeune femme se décide à porter l’affaire devant la justice, une plainte sera déposée en octobre 2017.

Seulement, ce n’est pas un cas isolé au sein des sapeurs-pompiers de Paris, et plusieurs affaires similaires sont déjà traitées par la justice en ce moment.

Loin de l’image du pompier qui sauve, il est question dans ces dossiers de pratiques sordides, sur des victimes pouvant être adolescente, comme ce dossier où sept sapeurs-pompiers de Paris sont mis en examen pour des faits de « viol sur mineure de moins de quinze ans », « agression sexuelle » ou encore « omission de porter secours ».

L’un des mis en cause dans cette affaire particulièrement sensible avait eu l’audace de commenter « chaque caserne a des histoires de filles faciles, ça fait partie du métier ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.