Lundi 6 août, la Cour pénale de Bagdad a condamné Lahcen Gueboudj, un Français âgé de 58 ans, ainsi qu’une ressortissante allemande prénommée Nadia, à la prison à perpétuité.

Aux côtés d’une quinzaine d’autres accusés uniquement de nationalité irakienne, les deux Européens étaient accusés d’avoir rejoint les rangs de l’organisation terroriste État islamique (EI) et jugés par ce tribunal en charge des dossiers en rapport avec le terrorisme.

Selon une journaliste de l’Agence France-Presse (AFP) qui était présente pendant l’audience dans la capitale irakienne, Lahcen Gueboudj, qui portait la tenue marron attribuée aux prisonniers, a nié les déclarations qu’il avait faites précédemment, au cours des interrogatoires.

Au mois de mars et d’avril, le Français avait été interrogé par les enquêteurs et il avait « signé des aveux en arabe sans savoir ce qui était écrit ».

Avec un fort accent méridional, Lahcen Gueboudj a expliqué au juge pendant une trentaine de minutes qu’il était venu en Syrie accompagné de sa femme et de ses enfants après avoir séjourné en Turquie.

Il a vivement réfuté avoir prêté allégeance à l’État islamique et avoir participé à des entrainements organisés par le groupe terroriste.

Ses aveux donnent une version radicalement opposée à cette nouvelle version face au juge de la Cour irakienne.

A la sortie du tribunal, Lahcen Gueboudj a déclaré : je suis coupable d’être allé en Syrie, c’est tout ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.