Samedi 8 septembre, le parquet de Grenoble dans l’Isère a ouvert une nouvelle enquête au motif de violation du secret de l’instruction dans le cadre de l’affaire Maëlys.

Cette deuxième enquête pour le même motif fait suite à la publication du quotidien Le Dauphiné libéré, qui fait part d’une reconstitution à venir : « une reconstitution de la mort de Maëlys est prévue ce jeudi 13 septembre, à cheval sur les départements de l’Isère et de la Savoie », d’après l’article en question.

Suite à cette révélation, Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble, a « précisé qu’il n’est pas informé de cet acte judiciaire » dans un communiqué.

Il précise également « qu’il en demandera le report quand l’ordonnance prévoyant cet acte lui sera notifiée, comme le prévoit le Code de procédure pénale », et « qu’il déclenche une nouvelle enquête pour cette nouvelle violation du secret de l’instruction », qui « a des conséquences : annoncer à l’avance une reconstitution dans ce type d’affaire très médiatisée relève de l’inconscience ».

Dans le cadre de l’affaire Maëlys, déjà deux mois après le décès de la fillette âgée de huit ans, des « fuites » dans la presse avait eu pour conséquence l’ouverture d’une enquête pour le même motif, et qui « est toujours en cours », selon le procureur.

Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, la petite Maëlys De Araujo avait disparu au cours d’un mariage dans la commune de Pont-de-Beauvoisin.

Après plus de six mois d’investigations, le principal suspect Nordahl Lelandais finira par avouer le meurtre « involontaire » de la fillette en février.

Il conduira les enquêteurs dans le massif de la Chartreuse où des restes du corps de l’enfant ont été découverts.

Nordahl Lelandais est soupçonné d’un autre meurtre, celui d’Arthur Noyer.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.