Mardi 27 août, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a lourdement condamné la Russie dans le cadre de l’affaire Magnitski.

En 2009, l’avocat Sergueï Magnitski est mort en détention alors qu’il venait de mettre en lumière une affaire de corruption.

La mort de ce dernier avait provoqué une crise diplomatique importante entre la Russie et les États-Unis.

La CEDH a condamné Moscou dans l’affaire Magnitski pour de nombreuses violations des droits fondamentaux du juriste.

Au cours des onze mois de sa détention préventive, Sergueï Magnitski a été régulièrement battu, sans pour autant bénéficier de soins.

Ce juriste anti-corruption et réputé a été battu à mort dans sa cellule, son décès a été constaté le 16 novembre 2009.

Les autorités russes ont alors fait par de « négligence » pour justifier ce drame.

Depuis, les défenseurs de Sergueï Magnitski en ont fait un emblème, rejetant en bloc les explications simplistes des autorités.

L’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme met l’accent sur la durée excessive de cette détention préventive, des conditions d’incarcération inadéquates, les mauvais traitements ainsi que l’absence de soins médicaux pour la victime.

A propos de l’enquête russe qui a suivi la mort de l’avocat, la CEDH l’a décrite comme « superficielle », le dossier avait été classé sans suite.

La journaliste Zoïa Svetova a expliqué : « ce jugement confirme clairement que Sergueï Magnitski a été torturé en prison et que ses droits ont été violés ».

Elle a également déclaré : « c’est un soulagement pour sa famille qui, à Strasbourg, obtient la justice qu’elle n’a pas pu obtenir en Russie. Pour lui, c’est une victoire morale post-mortem », avant de finir : « hélas, les arrêts de la CEDH ont peu d’effet car nos juges ne respectent pas les décisions de Strasbourg ».

Effectivement, la Russie siège au Conseil de l’Europe depuis 1996, mais n’a exécuté pleinement que 38 % des décisions de la CEDH.

Cet avocat âgé de 36 ans avait été arrêté en 2008 par les autorités russes pour des soupçons de fraude fiscale alors qu’il dénonçait la corruption qui ronge son pays.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.