Jeudi 15 novembre, l’islamologue Tariq Ramadan a été remis en liberté sous condition par la cour d’appel de Paris, selon une annonce de son avocat.

Sur les réseaux sociaux, ce dernier a déclaré : « la chambre d’instruction vient d’ordonner la mise en liberté de Tariq Ramadan sous réserve de la remise d’une caution de 300 000 euros dont 200 000 pour garantir le paiement des amendes et dommages-intérêts ».

D’après une source proche du dossier, l’islamologue a l’interdiction de quitter le territoire, d’entrer en contact avec les victimes présumées et des témoins.

De plus, il devra remettre son passeport aux autorités et se présenter une fois par semaine au commissariat pour pointer.

Face à la cour d’appel, l’accusé a déclaré : « j’irais fuir où ? Alors que tout va vers mon innocence. (…) Je vais rester en France et défendre mon honneur et mon innocence », avant de rajouter « je viens de passer dix mois en prison, je suis innocent, je le paye de ma santé, je ne peux plus marcher normalement ».

Mis en examen et incarcéré depuis le 2 février dernier, Tariq Ramadan souffre d’une sclérose en plaque.

La semaine passée, la même chambre d’instruction n’avait pas accédé à la requête de l’homme de 56 ans.

Cette quatrième demande de remise en liberté fait suite aux révélations de plusieurs messages entre l’accusé et une des deux plaignantes.

Le contenu ne laisse aucun doute quant à la nature de la relation entre les deux protagonistes, ce qui a obligé Tariq Ramadan à revenir sur sa version.

Me Éric Morain, l’avocat d’une des plaignantes, a commenté : « il est évident que les aveux de M. Ramadan après neuf mois de mensonges ont joué dans cette décision ».

Me Marsigny, qui défend l’islamologue, a déclaré : « la remise en liberté de Tariq Ramadan est logique au regard des derniers développements du dossier, qui démontrent que les accusations de viols s’effondrent ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.