Vendredi 5 avril, la cour d’assises spéciale des Bouches-du-Rhône a rendu son verdict dans l’affaire « Air Cocaïne ».

Sept des neuf prévenus ont écopé de peines allant jusqu’à dix-huit ans de prison ferme.

De plus, six individus devront chacun s’acquitter d’une amende douanière d’un montant de trois millions d’euros.

Ali Bouchareb a été condamné à une peine de dix-huit ans de prison ferme en tant que commanditaire du trafic de cocaïne.

Son homme de main, Frank Colin, a écopé d’une peine de douze ans de réclusion criminelle.

Les cinq juges de la cour ont prononcé une peine de six ans de prison à l’encontre de Bruno Odos et Pascal Fauret, les deux pilotes mis en cause dans l’affaire « Air Cocaïne ».

Fabrice Alcaud et Pierre-Marc Dreyfus, qui dirigent la compagnie d’aviation privée SN-THS, ont écopé de six ans de prison également.

François-Xavier Manchet, un ancien fonctionnaire des douanes, a été condamné à une peine de cinq ans de prison ferme assortie d’une interdiction définitive d’exercer dans la fonction publique.

Tous ces individus ont été incarcérés à l’issue du verdict.

Henri Bartolo et Michel Ristic, considérés comme des « petites mains, les factorums », ont finalement été acquittés, après sept semaines d’un procès médiatique.

Les faits remontent au mois de mars 2013, l’affaire « Air Cocaïne » fait suite à la découverte de 700 kilos de cocaïne dissimulés dans vingt-six valises à bords d’un jet privé sur le point de décoller de l’aéroport de Punta Cana, en République dominicaine.

Condamnés par la justice locale à vingt-cinq ans de prison pour trafic de stupéfiants, les deux pilotes avaient réussi à s’enfuir des Antilles pour regagner la France, où ils avaient immédiatement été rattrapés par la justice française.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.