Mercredi 19 juin, les juges d’instruction du pôle financier du tribunal de Paris ont remis l’ordonnance de renvoi à l’encontre de Lamine Diack, l’ancien patron de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

Le Sénégalais âgé de 86 ans est poursuivi aux côtés de son fils Papa Massata Diack pour des soupçons de corruption dans le cadre de l’affaire de dopage des athlètes russes de la discipline.

L’ex-numéro un de la IAAF, pour la période allant de 1999 à 2015, est accusé de “blanchiment en bande organisée”, “corruption active et passive” et “abus de confiance”.

Après trois ans d’investigations, les juges d’instruction Charlotte Bilger, Stéphanie Tacheau et Renaud Van Ruymbeke ont rendu leur ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Papa Massata Diack, le fils de Lamine Diack, a été placé sous contrôle judiciaire, qui lui interdit de se rendre au Sénégal.

L’enquête, ouverte par le parquet national financier (PNF) en 2015, avait mis en évidence une entente sous fond de corruption présumée.

il était question fonds russes versés par en échange d’indulgence de la part des services antidopage de la Fédération d’athlétisme.

Selon l’Agence France-Presse (AFP), qui a pu consulter l’ordonnance, “le report des sanctions en échange de contreparties financières a été négocié par Lamine Diack avec Valentin Balakhnichev, à la fois président de la fédération d’athlétisme russe et trésorier de l’IAAF”, expliquent les magistrats.

Dans ce dossier, Papa Massata Diack est poursuivi pour “complicité de corruption passive”, “corruption active” et “blanchiment en bande organisée”.

Ce “tandem” père et fils, “au coeur de la corruption russe”, est impliqué dans un autre scandale sportif sur fond de corruption, l’affaire de l’attribution des Jeux olympiques de 2016 à Rio et ceux de 2020 à Tokyo.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.