Jeudi 2 août, le braqueur David Gras, en cavale depuis sept ans, a fini par se rendre aux autorités.

Une source proche du dossier, à l’origine de l’information, a expliqué : « David Gras s’est présenté au greffe de la cour d’assises du Nord dans la matinée pour se constituer prisonnier ».

La police a confirmé cette information sur les réseaux sociaux : « David Gras, l’un des criminels les plus recherchés d’Europe s’est livré à la justice à Douai ».

Jugé par contumace par la cour d’assises du Nord pour son implication dans un braquage mortel commis en 2011 à Orly (Val-de-Marne), l’homme âgé de 48 ans avait été condamné le 8 juillet 2016 à une peine de vingt-cinq ans de réclusion criminelle.

Dans cette affaire, dix-neuf individus étaient jugés, dont Serge Veron, considéré comme le chef de la bande de malfaiteurs, il a écopé d’une peine de dix-huit ans de prison.

En épilogue à ce procès fleuve, qui a duré plus d’un mois, certains prévenus avaient été acquittés des accusations de participation pour ces vols avec arme, ce qui ne les a pas empêchés d’être reconnus coupables d’association de malfaiteurs.

Les peines d’emprisonnement prononcées à l’encontre de ces personnes varient de huit à treize ans de prison.

Le braquage, qui a coûté la vie à un convoyeur de fonds, avait eu lieu au mois de septembre 2011, les braqueurs avaient attaqué le dépôt de la société de convoyage d’argent Temis avec des explosifs, le butin était estimé à plus de huit millions d’euros.

Pendant leur fuite, les voyous n’avaient pas hésité à ouvrir le feu vers les forces de l’ordre et à prendre un badaud en otage pour couvrir leurs arrières.

En plus de ce braquage mortel, les prévenus devaient répondre aux accusations concernant un autre braquage à l’explosif qui a eu lieu en juin 2011 à Villers-Semeuse (Ardennes), mais aussi pour plusieurs tentatives de braquage réalisées dans différentes régions de France.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.