Vendredi 3 mai, la Cour constitutionnelle turque a confirmé les condamnations des deux journalistes Nazli Ilicak et Ahmed Altan à des peines de prison à la perpétuité dans le cadre des purges qui ont suivi la tentative de coup d’État survenue le 15 juillet 2016.

Les deux condamnés avaient déposé des recours devant la plus haute juridiction de Turquie dans le but de mettre fin à leur incarcération.

Quelques jours après la tentative de putsch d’une partie de l’armée, qui a fait 250 morts, Nazli Ilicak, journaliste et ex-députée âgée de 75 ans, et Ahmet Altan, 69 ans, à la tête de la rédaction du Taraf, avaient été arrêtés et placés en détention.

Neuf des douze juges ont reconnu les deux personnalités du monde médiatique turque coupable d’avoir coopéré avec « l’organisation terroriste » de Fethullah Gülen dans cette « tentative de renversement de l’ordre constitutionnel ».

Fethullah Gülen, un prédicateur exilé aux États-Unis, est considéré par les autorités turques comme étant l’instigateur de cette tentative de coup d’État.

Cet épisode sanglant a donné les moyens au président Recep Tayyip Erdogan de « purger » les institutions du pays.

Ainsi, des professeurs, journalistes, mais aussi des magistrats ont été massivement emprisonnés au motif de collusion avec le prédicateur Gülen, ou de militer aux côtés du mouvement indépendantiste kurde le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Les procédures expéditives sont nombreuses, avec à la clé des peines de prison pour les contrevenants, qui pour certains, ont simplement critiqué le régime au pouvoir.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.