Mardi 29 janvier, la Cour suprême du Pakistan a refusé l’ouverture d’une procédure en appel à l’encontre de l’acquittement d’Asia Bibi.

A la sortie de l’audience, le juge Asif Saeed Khosa a simplement annoncé que « ce recours est rejeté ».

Cet épilogue, après une procédure judiciaire ayant duré une dizaine d’années, devrait permettre à cette femme âgée d’une cinquante d’années de quitter le pays, où elle vit en permanence sous haute protection.

Le 31 octobre, la plus haute instance judiciaire du Pakistan avait acquitté Asia Bibi.

En 2010, cette ouvrière agricole avait été condamnée à la peine capitale au motif de blasphème.

Cette décision d’acquitter cette femme pakistanaise de confession chrétienne avait donné lieu à plusieurs jours de blocage sur les principales routes du pays.

En effet, Asia Bibi était devenue la cible d’extrémistes religieux qui réclamaient sa mort par pendaison.

Ces blocages avaient poussé Imran Khan, le Premier ministre iranien, à signer une entente très critiquée avec ces extrémistes pour sortir de la crise.

Cette condamnation en 2010 pour blasphème résultait d’une querelle entre Asia Bibi et des femmes de confession musulmane d’un village reculée, pour un motif aussi futile qu’un simple verre d’eau.

Cette affaire avait pris une tournure internationale, une des filles de Bibi Asia a pu rencontrer le Pape François à deux reprises.

Cette affaire avait mis en lumière une dérive courante dans ce pays ultra-conservateur, les gens se servant de la loi sur le blasphème pour régler des disputes ou des conflits de voisinage.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.