Après son évasion spectaculaire de la prison de Réau (Seine-et-Marne) le 1erjuillet dernier, Redoine Faïd aurait été vu à Sarcelles dans la journée de mardi 24 juillet.

Selon un cadre de la gendarmerie, « il s’en est fallu de très peu pour que les gendarmes l’interpellent ».

Il est environ 16 heures 30 quand les militaires tentent de contrôler un véhicule suspect mais ce dernier refuse d’obéir aux injonctions des forces de l’ordre et une poursuite s’engage.

Secondés par la police nationale, les gendarmes parviennent à suivre les fuyards jusqu’au parking d’un centre commercial situé à Sarcelles (Val-d’Oise).

Les individus abandonnent la voiture dans ce parking et prennent la fuite à pied.

La fouille du véhicule permettra la découverte de fausses plaques d’immatriculation ainsi que six pains de plastic, d’après une source proche de l’enquête.

Une autre source a évoqué l’ouverture d’une information judiciaire par le parquet de Paris suite à ce nouvel épisode du médiatique Redoine Faïd.

Les motifs de cette enquête sont « évasion, enlèvement et séquestration en bande organisée », mais aussi pour des infractions à la législation des armes.

Ces investigations concernent également le « détournement » en bande organisée de l’hélicoptère ayant servi à l’évasion de Redoine Faïd.

Le 1erjuillet, dix minutes avaient suffi pour ce commando armé composé de trois hommes pour exfiltrer l’homme le plus recherché de France de sa prison.

Spécialisée dans les affaires de grandes criminalités en bande organisée, c’est désormais la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) qui est en charge de l’enquête.

Récemment, un sac contenant des cagoules, des armes longues ainsi qu’une disqueuse ont été retrouvé dans le département de l’Oise.

Des analyses sont en cours pour vérifier s’il ne s’agit pas du matériel utilisé pour l’évasion de Redoine Faïd.

Condamné en avril dernier à une peine de vingt-cinq ans de prison pour son rôle de meneur dans la tentative de braquage qui a coûté la vie à une policière municipale en 2010, le fugitif avait déjà réussi à s’enfuir de prison en 2013, sa cavale avait duré un mois et demi.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.