Selon une information de Libération en date du lundi 5 août, la chancellerie devrait proposer au procureur de la République de Nice (Alpes-Maritimes) Jean-Michel Prêtre, le poste d’avocat général auprès de la cour d’appel de Lyon.

Libération explique : « il s’agirait d’une rétrogradation puisqu’il ne sera plus à la tête d’un parquet, mais désormais soumis aux ordres d’un procureur général ».

Le Conseil supérieur de la magistrature devrait examiner cette nomination dès la rentrée de septembre prochain.

Il apparait clairement que cette « rétrogradation » est le résultat de la gestion du procureur de Nice pour le dossier Legay.

Le 23 mars dernier à Nice, Mme Legay, 73 ans, avait été grièvement blessée en marge d’une manifestation des « gilets jaunes ».

Jean-Michel Prêtre avait fait plusieurs déclarations contradictoires : « ce dont on est sûr (…) à l’analyse des images, pixel par pixel, c’est qu’elle n’a pas été touchée par les forces de sécurité », avait-il déclaré deux jours après la manifestation.

Après la diffusion d’images de la scène, le procureur de la République était revenu sur son explication et avait évoqué un « geste d’écartement du bras » d’un policier qui aurait fait chuter la militante d’Attac.

Devant le directeur des services judiciaires, le magistrat avait expliqué ne pas vouloir mettre le président Emmanuel Macron dans l’embarras, de sa propre initiative, « avec des divergences trop importantes » entre ses deux explications.

Ces « divergences » ont conduit au dépaysement de l’affaire, qui est désormais gérée par le parquet de Lyon depuis le 10 juillet.

En outre, Jean-Michel Prêtre est visé par une information judiciaire ouverte par le parquet national financier (PNF) pour corruption et trafic d’influence.

En décembre 2018, une perquisition a été menée à son domicile dans le cadre cette affaire autour de la succession du palace niçois le Negresco.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.