La société Noctis, filiale du groupe Accor, a fait l’objet d’une perquisition mercredi matin, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption, d’après l’hebdomadaire Valeurs Actuelles. Les enquêteurs soupçonneraient Noctis d’avoir mis en place un « pacte de corruption » avec France Galop.

C’est au petit matin que le domicile de Laurent de Gourcuff, président de Noctis, a reçu la visite des policiers de la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE). Les enquêteurs ont ensuite perquisitionné les locaux de la société, situés rue de Ponthieux dans le 8ème arrondissement.

D’après le magazine Paris Turf, ce sont les conditions d’attribution du marché de la restauration de Paris Longchamp (le nouveau nom de l’hippodrome de Longchamp) qui seraient visées. Selon valeurs Actuelles, l’enquête concernerait en outre des « fraudes possibles à l’Urssaf et à la TVA ».

Pour rappel, le magazine Challenges avait déjà révélé, en 2017, que Noctis avait embauché Paul Le Goff (le mari de Bruno Julliard, alors premier adjoint d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris) au moment même où la société obtenait une concession lucrative de la Mairie. Or, Bruno Julliard était précisément en charge des questions relatives aux « entreprises culturelles et à la nuit ». Une coïncidence qui avait fait l’objet d’un signalement auprès du parquet financier.

De son côté, Valeurs Actuelles évoque également le cas de la concession des Jardins de Bagatelle, qui serait également entaché de soupçons de favoritisme.

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.