Vendredi 21 décembre, le célèbre photographe de mode Bruce Weber a été assigné au tribunal fédéral de New York aux États-Unis pour « exploitation sexuelle » par cinq mannequins homme.

Déjà poursuivi depuis 2017 par Jason Boyce, un ancien mannequin, pour abus sexuels, Bruce Weber est accusé par les nouvelles victimes présumées, de s’adonner à des « exercices de respiration » très tactiles sur les jeunes éphèbes.

Ces cinq nouveaux plaignants ont évoqué un « mode opératoire » similaire à celui raconté par Jason Boyce.

Le jeune homme n’avait à l’époque, pas invoqué l’exploitation sexuelle dans son témoignage contre le photographe.

Pour ce dernier, les faits en question datent de 2014 alors que pour les cinq nouveaux cas, les faits remontent à 2008 jusqu’en 2010.

Un juge ayant validé les poursuites au motif d’exploitation sexuelle, le délai de prescription est porté à dix ans, contre trois ans pour des faits d’agression sexuelle.

Ainsi, cette loi « ouvre la porte » aux plaintes d’éventuelles victimes, a expliqué Lisa Bloom, l’avocate des cinq mannequins à l’origine de la nouvelle plainte, qui d’ailleurs ont requis l’anonymat.

En août, un juge fédéral de New York a validé la procédure civile déposée par Kadian Noble à l’encontre du producteur Harvey Weinstein, pour « exploitation sexuelle ».

Bruce Weber est connu pour avoir grandement contribué à l’image de marques telles que Calvin Klein, Abercrombie & Fitch ou encore Ralph Lauren.

Son travail était régulièrement en couverture et dans les pages de magazines de référence, comme Vogue.

Depuis #MeToo, d’autres grands photographes, Patrick Demarchelier, Terry Richardson ou encore Mario Testino, ont été accusés d’agressions sexuelles.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.