Jeudi 27 décembre, la cour suprême de Suède a annoncé l’appel déposé par Jean-Claude Arnault de sa condamnation à deux ans et demi de prison prononcée début décembre par la cour d’appel au motif de viol.

Le français installé en Suède avait été condamné début octobre en premier instance.

Il réclame à la cour le rejet complet de la décision de justice.

Le prévenu a désormais jusqu’au 28 janvier pour apporter de nouvelles preuves à son dossier.

En Suède, la législation est claire : pour bénéficier d’une révision de décision de condamnation par la plus haute instance du pays, la Cour suprême, il faut des « raisons exceptionnelles ».

Jean-Claude Arnault est le directeur d’un club réputé, un lieu de rencontre pour artistes, également fréquenté par beaucoup de jeunes femmes et de lauréats du prix Nobel de littérature.

L’homme de 72 ans est marié à Katarina Frostenson, membre de l’académie dont il était proche, se considérant même comme le « 19eme » membre.

Depuis, une crise profonde s’était installée dans l’institution et de nombreux membres s’en étaient écartés.

L’affaire avait éclaté tout juste un mois après celle concernant le producteur de cinéma Harvey Weinstein aux États-Unis, et s’inscrit dans cette lignée.

En effet, pas moins de dix-huit femmes, y compris la plaignante, avaient apporté leurs témoignages à un grand quotidien du pays : « Dagens Nyheter », accusant Jean-Claude Arnault de harcèlement, agression sexuelle et viol.

Pour l’heure l’homme dispose encore jusqu’au 28 janvier 2019 pour apporter des éléments à sa décharge, dès ce délai passé, il devra appliquer cette peine de deux ans et demi de prison.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.