Lundi 29 juillet, un jury fédéral de Los Angeles (État de Californie) a condamné la chanteuse américaine Katy Perry à payer personnellement la somme de 550 000 dollars pour plagiat.

Capital Records, le label qui la produit, a lui écopé d’une sanction de plus de deux millions de dollars au titre de dommages et intérêts.

En question, le titre « Dark Horse », que la chanteuse pop a sorti en 2013, et serait en réalité un plagiat de « Joyful Noise », un morceau composé en 2009 par le rappeur gospel Flame, de son vrai nom Marcus Gray.

Ainsi, l’artiste chrétien devrait obtenir au total la somme de 2,7 millions de dollars, l’équivalent de 2,4 millions d’euros.

Ce dernier avait saisi la justice dès 2014 pour ce plagiat, reconnu à 45 % par le tribunal.

Ses avocats réclamaient environ vingt millions de dollars de dédommagements, « une partie importante » de sa musique « copiée »..

En effet, Katy Perry se serait servie du même « beat » (rythmique) pour sa chanson, une violation du droit d’auteur selon la législation américaine.

Au cours du procès, les défenseurs de la star de la pop avaient tenté d’arguer l’aspect « banal » du beat utilisé et qu’il n’avait jamais entendu le morceau de Flame auparavant.

Les avocats de Katy Perry ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel de cette décision.

Les affaires de plagiat sont très nombreuses dans l’industrie musicale américaine.

En France, le comique Gad Elmalleh est accusé de plagiat par des homologues canadiens pour ses spectacles humoristiques.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.