Mardi 26 mars, l’humoriste et animateur de radio Yassine Belattar a été placé en garde à vue dans le commissariat du 5èmearrondissement de Paris, selon une information de l’Agence France-Presse (AFP).

Cette garde à vue intervient dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte au mois de janvier pour des menaces de mort et harcèlement professionnel.

Cette affaire fait suite à la plainte déposée par Bruno Gaccio au motif de menaces de mort à l’encontre de Yassine Belattar.

Le site d’information Mediapart a expliqué mener ses propres investigations depuis la fin de l’année 2017, au sujet de l’humoriste.

D’après le média en ligne, plusieurs personnes qui travaillent dans le milieu du spectacle lui ont reproché des « comportements humiliants ou menaçants ».

En outre, « quatre personnes ont décrit sur procès-verbal des menaces directes, une demi-douzaine de personnes au bas mot ont évoqué des relations professionnelles difficiles et deux jeunes femmes ont raconté des conversations décrivant des sous-entendus ou des allusions sexuelles alors qu’elles étaient à la recherche de travail ».

Au micro de Mediapart, Yassine Belattar a nié certaines de ces accusations. Il a toutefois reconnu des menaces : « que je menace des gens, c’est un fait », avant de rajouter « il y a plein de gens qui en menacent d’autres. Mais moi, je ne suis jamais passé à l’acte ».

Après avoir travaillé pour la radio Le Mouv’, l’accusé est aujourd’hui animateur sur radio Nova.

De plus, le président de la République Emmanuel Macron l’a nommé au conseil présidentiel des Villes, un organisme de réflexion sur les problématiques des quartiers sensibles.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.