Lundi 26 février, le parquet de Paris a informé du classement sans suite d’une plainte à l’encontre de Luc Besson déposé pour viol.

Cependant, le parquet a annoncé le même jour l’ouverture d’une nouvelle enquête au motif d’agression sexuelle qui vise le cinéaste français.

Les investigations ont été confiées à la Direction de la police judiciaire (DPJ), suite à un signalement « reçu la semaine dernière ».

En effet, vendredi 22 février, une lettre de la victime présumée, adressée au procureur de la République de Paris, avait été révélée par le site d’informations en ligne Mediapart.

Les faits en question datant de 2002, ils sont sujets à prescription, mais font cependant l’objet de vérifications.

Selon le témoignage de la victime, il serait question d’un rendez-vous professionnel pendant lequel Luc Besson se serait « brusquement jeté sur elle », avant qu’elle ne parvienne à s’enfuir.

La plainte pour viol classée sans suite avait été déposée par Sand Van Roy, une comédienne belgo-néerlandaise.

Elle avait déclaré avoir été abusée par le père de cinq enfants dans un palace parisien, le Bristol.

Le parquet de Paris a justifié sa décision par des investigations n’ayant « pas permis de caractériser l’infraction dénoncée dans tous ses éléments constitutifs ».

Suite à cette annonce, Me Thierry Marembert, l’avocat de Luc Besson, a déclaré dans un communiqué : « Luc Besson a pris acte avec satisfaction de la décision du procureur de la République », avant d’ajouter « cette décision intervient après une enquête très complète (…) à laquelle il a pleinement coopéré ».

Cette nouvelle affaire n’a pas empêché la hausse de 15 % de l’action d’EuropaCorp, les studios fondés par le cinéaste.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.