Samedi 10 août, le parquet général de Rennes (Ille-et-Vilaine) a confirmé à l’Agence France-Presse (AFP) l’arrestation et l’incarcération de l’activiste italien Vincenzo Vecchi.

L’homme âgé d’une quarantaine d’années était sous le coup de deux mandats d’arrêts européens émis par les autorités italiennes.

Pascal Bougy, l’avocat général du parquet général rennais a expliqué que le militant a été « interpellé le 8 août dans le Morbihan par la brigade nationale de recherche des fugitifs sur le fondement de deux mandats d’arrêt européens délivrés par les procureurs de Milan et de Gênes ».

Ces deux mandats avaient été émis « à la suite de condamnations pénales prononcées par les tribunaux de ces villes », selon l’avocat général.

Depuis dix-huit ans, Vincenzo Vecchi était recherché par les autorités italiennes pour sa participation aux manifestations en marge du G8 de Gênes qui s’est déroulé en juillet 2001.

Ce sommet avait été marqué par la violence des affrontements entre les forces de police de la péninsule italienne et des altermondialistes, un manifestant avait été tué à la suite d’un tir de police.

Pascal Bougy a également précisé : « il a été déféré le 9 à la cour d’appel de Rennes où le magistrat délégué par le premier président l’a incarcéré, conformément au code de procédure pénale, en l’attente de sa comparution devant la chambre d’instruction 14 août à 9 heures ».

Dans un communiqué du collectif « Soutien Vincenzo », ses défenseurs expliquent : « il n’était membre d’aucune organisation politique », le prévenu « avait choisi de fuir cette condamnation injuste et disproportionnée. Il vit depuis huit ans sur notre territoire et s’est complètement intégré à la vie locale », avant d’ajouter « nous nous opposons à ce que l’État français livre « Vincenzo » aux autorités italiennes, qui ne manqueront pas l’opportunité d’en faire un exemple ».

Ses défenseurs ont dénoncé cette condamnation au motif de « dévastation et saccage » en marge du G8 de Gênes.

Vincenzo Vecchi est également mis en cause par la justice italienne pour sa participation à une manifestation illégale contre le fascisme qui s’est déroulée au printemps 2006 à Milan.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.