Mardi 26 juin, la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins a annulé la radiation du professeur Joyeux et rejeté la plainte de l’Ordre des médecins à son encontre.

Le 8 juillet 2016, le médecin âgé de 72 ans avait été radié en première instance suite à cette plainte de l’Ordre des médecins.

En septembre 2014 et en mai 2015, le professeur montpelliérain avait lancé deux pétitions sur Internet.

La première dénonçait une recommandation du Haut Conseil de la santé publique d’abaisser à neuf ans, au lieu de neuf ans actuellement, pour la vaccination contre le papillomavirus des petites filles.

Pour la deuxième pétition, il était question de la présence dangereuse selon lui, d’aluminium dans un vaccin hexavalant.

Concernant la première pétition, la chambre disciplinaire a conclu qu’elle « participe de la liberté d’expression laissée à tout individu dans un État démocratique d’exprimer son opinion sur un sujet qui le concerne ».

Pour la seconde pétition, l’instance d’appel a reconnu que « la toxicité de l’aluminium comme adjuvant et la dangerosité du vaccin contre l’hépatite B font l’objet depuis plusieurs années de controverses nourries ».

Suite à cette décision, le professeur Joyeux, qui est devenu le symbole des anti-vaccins, a déclaré « je ne suis pas du tout radié, je n’ai pas de blâme. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que j’ai raison ! ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.