Mardi 8 octobre, le parquet de Paris a annoncé le début de l’enquête après l’incendie sur le site Lubrizol situé à Rouen le 26 septembre dernier.

En effet, les investigations n’ont pas encore permis de « déterminer les causes de l’incendie ni de localiser avec certitude l’origine du sinistre », selon le parquet.

Le procureur de la République Rémy Heitz a expliqué : « au regard de l’importance du sinistre survenu sur site classé Seveso, du nombre de plaintes déposées et de la complexité des investigations restant à réaliser, le pôle santé publique et environnement du Parquet de Paris s’est saisi le 1er octobre de l’enquête ouverte le 26 septembre ».

Cette enquête a été ouverte par le parquet de Rouen initialement, « des chefs de destruction involontaire par incendie et de mise en danger de la vie d’autrui ».

Les investigations ont été confiées au service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen, en cosaisine avec l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) et l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et la santé publique (OCLAESP).

En outre, les enquêteurs du SRPJ ont déjà réalisés près de quarante auditions et saisi des vidéos issues des système de vidéosurveillance sont en cours d’analyse.

Cependant, la localisation précise de l’origine de l’incendie et ses causes n’ont pas encore été découvertes.

Dans un communiqué du procureur de la République de Paris, le magistrat précise : « la persistance de points chauds sur les sites concernés ne permettait pas jusqu’à présent de procéder aux constatations sur le terrain ».

Sur le site Lubrizol, pas moins de 5 253 tonnes de produits chimiques ont été détruits par les flammes.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.