Vendredi 9 novembre, la cour d’appel de Paris a confirmé la condamnation du « Docteur diesel », surnom donné à Michel Aubier.

Le 5 juillet 2017, cet ancien chef de service à l’hôpital Bichat, situé dans le nord de la capitale, a éte condamné au motif de « faux témoignage » à une peine de six mois de prison avec sursis assortie d’une amende d’un montant de 50 000 euros.

La condamnation confirme la culpabilité de Michel Audier, cependant, le montant de l’amende a été réduit à 20 000 euros.

En avril 2015, le pneumologue avait été auditionné dans le cadre d’une commission d’enquête par les sénateurs.

Il était question d’une analyse du coût financier résultant de la pollution de l’air.

Alors qu’il était salarié par le groupe pétrochimique français Total depuis 1997, il avait garanti n’avoir « aucun lien avec les acteurs économiques » de l’activité en question.

En effet, il a perçu en 2014 170 000 euros de rémunération auprès de son employeur, au titre de médecin-conseil ainsi que membre au conseil d’administration à la Fondation Total.

De plus, il n’en avait pas informé la Haute Autorité de santé, dont il était membre, ni son employeur, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Face au juge le 5 octobre dernier, Michel Aubier a tenté de se minimiser sa responsabilité en évoquant la confusion : « je reconnais m’être trompé, mais ce n’était pas intentionnel. J’ai fait une erreur mais je n’ai pas menti ».

Nadir Saïfi, personnage-clé pour cette commission d’enquête sénatoriale, a déclaré suite à la décision de la cour d’appel : « c’est un jugement extrêmement décevant », avant de rajouter : « une fois de plus, la justice pénale fait preuve qu’en matière de santé et environnement elle est faible avec les forts ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.