Mercredi 31 juillet, le parquet de Roanne (Loire) a annoncé l’ouverture d’une enquête sur des cigarettes trafiquées qui provoquent une perte de connaissance.

En quatre jours, six jeunes personnes, âgées de 16 à 20 ans, ont été hospitalisées dans des états de surexcitation ou apathique, suite à la consommation de ces cigarettes.

Alors que la cinquième victime, mardi 30, a perdu connaissance après avoir fumé seulement quelques bouffées, son téléphone portable a disparu.

D’après une information du site de la radio France Bleu, l’un de ces jeunes a été retrouvé mangeant des graviers par poignées entières.

Abdelkrim Grini, le procureur de la République de Roanne, a expliqué : « on comptabilise depuis samedi quatre faits distincts sur Roanne et Le Coteau qui ont fait six victimes en quatre jours ».

Cette enquête, « une première à l’échelle de la France métropolitaine », d’après le magistrat, a été ouverte au motif de « vols aggravés avec violence et en réunion et par l’administration de substances nuisibles ».

Le procureur a évoqué un phénomène « assez inquiétant » qui a « fait l’objet d’un précédent sur l’île de la Réunion ».

Le tabac des cigarettes en question a visiblement été vaporisé d’un produit très fort, avec pour effet des épisodes de délire, comateux ou léthargique.

La police ne dispose pour le moment que d’hypothèses sur la nature du produit vaporisé, « cela peut être soit une très forte concentration de résine de cannabis, soit un produit de synthèse ».

Le parquet de Roanne a déclaré : « pour identifier le produit en cause, des analyses sont en cours à partir de résidus de mégots récupérés et d’analyses sanguines des victimes ».

Un appel à la vigilance a été relayé dans les médias et sur les réseaux sociaux, afin de mettre en garde le plus grand nombre sur ce danger.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.