Dimanche 8 avril, Richard Trinquier, maire de la commune de Wissous dans l’Essonne, a été placé en garde à vue pour violence avec arme en état d’ivresse.

Selon le parquet d’Évry, « il a menacé les gens du voyage avec un katana ». De plus, il portait un gilet pare-balle ainsi qu’une arme de poing.

L’édile dispose d’un permis de tir sportif mais aucunement d’un port d’arme.

D’après une source judiciaire, Richard Trinquier était avec son premier adjoint ainsi que des policiers municipaux quand il a été menaçant.

Le parquet a expliqué « visiblement, il y a déjà eu des tensions entre ce maire et la communauté. Il va falloir déterminer s’il avait cette arme à la ceinture ».

Quand les forces de l’ordre ont procédé à son arrestation, le test d’alcoolémie s’est avéré positif.

La sûreté départementale de l’Essonne est en charge de mener les investigations.

Un membre de la communauté des gens du voyage a aussi été placé en garde à vue, un fusil ayant été retrouvé dans le coffre de son véhicule, a annoncé le parquet.

L’enquête pout transport d’arme a été confié au commissariat de Massy.

Richard Trinquier avait déjà fait couler beaucoup d’encre à son sujet à diverses reprises, notamment en 2014.

A cette période, il fait interdire l’accès à un terrain de jeu aménagé pour la saison estivale à tout visiteur qui porte « de manière ostentatoire des signes religieux susceptibles d’occasionner un trouble à l’ordre public (niqab ou burqa, croix ou étoile de dimensions manifestement excessives) », selon l’arrêté municipal, dont les deux versions ont été annulées par le tribunal administratif de Versailles (Yvelines).

Fils de Roger Trinquier, un des leader de l’organisation de l’armée secrète (OAS) qui était très proche du Front national, ce maire s’est déjà fait remarquer plusieurs fois pour sa violence.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.