Lundi 9 juillet, un tribunal fédéral de l’État de Californie a rejeté la demande du département de la justice des États-Unis concernant la durée de détention des mineurs en situation irrégulière sur le territoire américain.

Suite à la polémique née en juin sur la séparation des familles de migrants, l’administration Trump avait formulé une requête visant à modifier la « jurisprudence Flores ».

Cette jurisprudence, qui date de 1997, établit un cadre sur la de détention des enfants migrants, notamment sur la durée.

Dolly Gee, la juge du tribunal fédéral californien, a évoqué une requête « peu convaincante » et « douteuse ».

Par ailleurs, une ordonnance émise par un juge fédéral de San Diego a permis de réunir une famille entrée illégalement aux États-Unis et qui avait été séparée.

Cette affaire avait été utilisée pour la requête de l’administration Trump, qui avait tenté d’expliquer que seule la détention pour une durée prolongée pouvait permettre de ne pas séparer les enfants des parents, le temps de la procédure d’immigration.

Pendant la durée de cette procédure, les migrants concernés restaient libres sous les administrations précédentes, a justifié la juge Dolly Gee.

Devin O’Malley, le porte-parole du ministère de la justice américain, a déclaré « les parents qui traversent la frontière ne seront pas libérés et devront choisir entre rester en garde à vue avec leurs enfants en attendant la procédure d’immigration ou demander la séparation d’avec leurs enfants afin que l’enfant puisse être placé ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.