Selon une information du quotidien Le Parisien en date du 16 août, Henri Jibrayel est poursuivi pour abus de confiance et prise illégale d’intérêts.

L’élu marseillais devra s’expliquer au tribunal correctionnel sur un éventuel détournement des subventions allouées à des associations locales.

Avec ces fonds, Henri Jibrayel aurait offert des mini-croisières à des personnes âgées dans le but de recueillir leurs voix pour les élections législatives.

Face à cet épisode judiciaire, l’ex-député des quartiers nord de la cité phocéenne pour la période de 2007 à 2017 a commenté : « je suis serein, j’attends le procès et je me battrai pour démontrer mon innocence ».

Le conseiller départemental a également expliqué « on ne m’a pas vu sur le bateau en train de haranguer la foule, de faire de grands discours pour dire Vous êtes venus, alors votez pour moi dans un an !. Personne ne peut démontrer ça, ça n’existe pas ».

D’après les magistrats instructeurs, Henri Jibrayel est considéré comme « le gérant de fait » des associations en question, « intimement liées à (son) activité politique ».

Ouverte en 2011, les investigations ont mis « en exergue (…) un système visant à détourner des subventions, via des associations de quartier n’ayant aucune autonomie, dans le but de financer des opérations à visée électorale ».

Aux côtés d’Henri Jibrayel, Claude Garcia est aussi poursuivi pour complicité. Son attachée parlementaire, également concernée par cette affaire, avait commenté cette accusation avant de décéder : « tout comme les autres politiques qui font ce genre de choses pour eux, pour leur réélection. C’est naturel. Tous les élus font du clientélisme politique ».

Le montant total des subventions détournées s’élève à environ 70 000 euros pour ce dossier.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.