Jeudi 27 décembre, la sénatrice Nassimah Dindar a été auditionnée dans le cadre de l’enquête sur les emplois présumés fictifs au sein du Service Départemental d’Incendie et Secours (SDIS) sur l’ile de la Réunion.

Entendue en qualité de témoin assisté, celle qui a occupé le poste de présidente du SDIS de La Réunion pendant quatorze ans a passé la matinée du jeudi dans la caserne Vérines en compagnie de son avocat.

Nassimah Dindar en est ressortie libre à la mi-journée.

Les investigations ont été confiées aux gendarmes de la section de recherches spécialisés dans la délinquance financière.

Les enquêteurs tentent d’avoir des réponses quant aux fonctions de deux agents du SDIS.

En effet, ces deux agents étaient employés au domicile de Nassimah Dindar, l’un en tant que femme de ménage et le second en tant que jardinier.

Il est question de savoir qui les a employés et rémunérés, le SDIS ou la sénatrice ?

La Chambre Régionale des Comptes avait émis deux rapports accablants sur la gestion du Service Départemental d’Incendie et de Secours.

Par la suite, Éric Tufféry, le procureur de la République, a ouvert une enquête préliminaire aux motifs de « détournements de fonds publics » et « prise illégale d’intérêts ».

En outre cette affaire d’emplois présumés fictifs, la sénatrice Nassimah Dindar est mise en cause dans une enquête relative à la construction de sa villa, mais aussi sur les conditions de recrutement au Glaive.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.