Mercredi 4 avril, la Cour suprême du Brésil a rejeté la requête de Lula, à la tête du pays entre 2003 et 2010. En janvier dernier, l’homme de 72 ans a été condamné à une peine de plus de douze ans de détention au motif de corruption.

C’est la fin pour celui qui est surnommé le « père du peuple ». Sa demande d’habeas corpus a été rejeté par la Cour suprême du Brésil après plusieurs heures de débats et le vote final. Sur six voix, cinq se sont prononcées défavorablement à cette requête de la dernière chance.

Cette décision est lourde de conséquence pour Luiz Inacio Lula da Silva, qui ne pourra échapper à une incarcération.

Le juge Dias Toffoli, le seul qui a voté en faveur de Lula, s’est désolé d’un pays « qui ne regarde ni ses pauvres ni ses favelas ».

Le 3 avril, Juan Arias, journaliste pour El Pais Brasil, commentait « comment comprendre qu’un personnage messianique comme l’ex-président Lula, qui fit la fierté de son pays, se soit soudain transformé en un homme à abattre, capable de déchaîner les pires instincts ? »

Issu du milieu ouvrier, Lula avait réussi à séduire les classes moyennes et aisées au début de son premier mandat de président, mais en 2005, l’affaire du « mensalao » avait fortement entaché l’image intègre du « père du peuple ».

C’est en 2010 que tout se complique avec l’opération de lutte contre la corruption « Lava Jato » (lavage express).

Carlos Fernando dos Santos, le procureur à Curitiba, avait expliqué « pour beaucoup Lula représentait l’espoir. Mais une fois au pouvoir il s’est comporté comme tous les politiciens », avant de rajouter « la corruption au Brésil, ce n’est pas Lula ou le PT (Parti Travailleur), ce sont tous les partis au pouvoir. « Lava Jato » a révélé comment la politique était financée. On peut croire aux contes de fées, s’aveugler ou affronter la réalité. « Lava Jato » a exposé les faits ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.