Selon une information du quotidien Le Monde en date du 27 juin, le député et leader de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a été cité par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) dans le cadre des perquisitions avortées en octobre dernier.
D’après Le Monde, le député est cité à comparaître devant le tribunal correctionnel le 19 septembre prochain pour actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire, provocation et rébellion.
Le 16 octobre 2018, des perquisitions à son domicile et au siège de LFI avaient dégénéré alors que de nombreux médias étaient présents.
Jean-Luc Mélenchon avait bousculé un représentant du parquet et un policier, appelant ses comparses à « enfoncer la porte ».
Suite à ce triste spectacle, le parquet avait ouvert une enquête au motif de « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ».
« Dans un souci d’impartialité », le dossier, initialement instruit par le parquet de Paris, a été dépaysé au parquet de Bobigny.
Aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, cinq autres membres de LFI sont cités à comparaître dans cette affaire.
Il s’agit de l’eurodéputé Manuel Bompard, des députés Bastien Lachaud et Alexis Corbière, du conseiller d’Etat Bernard Pignerol et de Muriel Rozenfeld, l’attachée de presse de LFI.
Dans la soirée de jeudi, Mr Mélenchon a déclaré sur les réseaux sociaux : « L’Express annonce que nous serons convoqués en correctionnelle en septembre. La justice pensera sans doute à nous informer nous aussi. Si L’Express le permet ».
Alexis Corbière s’est également exprimé sur les réseaux sociaux : « « Je n’ai reçu aucune citation, aucune lettre, rien… ais c’est via la presse que je serai cité (quand et où ?) devant un tribunal (lequel ? pour quel motif ?…) Je respecte la justice, mais je ne comprends pas ces méthodes ».
SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.