C’est une tradition pour le maire d’extrême droite Robert Ménard. Tous les ans, il installe une crèche de Noël dans le hall de l’hôtel de ville de Béziers (Hérault), et tous les ans, la justice s’en mêle…

Lundi 18 décembre, le tribunal administratif de Montpellier a ordonné le retrait sous 48 heures de cette crèche.

Pour justifier cette décision, le juge a expliqué « l’installation d’une crèche à titre temporaire à l’initiative d’une personne publique dans un emplacement public n’est légalement possible que lorsqu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, sans exprimer la reconnaissance d’un culte ou marquer une préférence religieuse ».

Le magistrat a également soulignait les propos de l’élu biterrois pendant l’inauguration de cette dernière, par lesquels il « manifeste clairement sa volonté de ne pas tenir compte des décisions de justice ».

Devant la menace d’une amende de 2 000 euros par jour de retard, Robert Ménard a décidé de déplacer la crèche dans le hall d’un autre bâtiment municipal situé à proximité de la mairie.

Dans une déclaration à l’Agence France-Presse, le maire a fait savoir « on se réserve le droit de faire appel, mais on va appliquer cette décision à la lettre : on enlève la crèche du hall et on va l’installer juste à côté ».

Depuis son élection en 2014, Robert Ménard installe tous les ans une crèche de Noël dans la mairie de Béziers.

Après plusieurs décisions contradictoires de plusieurs tribunaux, le Conseil d’État a définitivement invalidé l’installation de la première crèche en 2014 au mois de novembre.

Le tribunal administratif de Montpellier a suivi la jurisprudence établie cet automne.

SOURCE

2 COMMENTAIRES

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.