Dimanche 7 octobre, s’ouvre le procès de la femme du premier ministre israélien, Sara Nétanyahou, devant le tribunal de première instance de Jérusalem.

Elle a été mise en examen pour « fraude » et « abus de confiance » au mois de juin dernier.

Dans cette affaire, Sara Nétanhayou est poursuivie pour avoir commandé des repas pour un montant de « plus de 350 000 shekels » sur la période de septembre 2010 à mars 2013 au frais du contribuable, selon le ministère de la justice d’Israël.

L’épouse du premier ministre se faisait livrer des repas de plusieurs restaurants de Jérusalem.

Elle avait menti pour justifier ces dépenses, accusant l’absence de cuisinier dans la résidence attribuée au premier ministre.

Aux côtés de Sara Nétanyahou, l’ancien directeur adjoint au bureau du premier ministre, Ezra Saidoff, a également été mis en examen dans ce dossier.

Selon l’acte d’accusation, qui est cité par la presse locale, Mr Saidoff a tenu un rôle dans cette supercherie de cuisinier.

Après l’annonce des poursuites judiciaires cet été, les défenseurs de l’accusée avaient déclaré : « pour la première fois en Israël et dans le monde, l’épouse du dirigeant en place est poursuivie pour des plateaux-repas ».

Sara Nétanyahou avait déjà été mise en cause pour du mobilier de jardin pour la résidence payés sur des fonds publics.

En 2016, elle était accusée d’avoir un comportement tyrannique avec le personnel, Meni Naftali avait obtenu 40 000 euros pour mauvais traitements.

Au pouvoir depuis 2009, son mari Benyamin Nétanyahou a déjà été entendu une douzaine de fois par les enquêteurs en qualité de suspect entres autres dans des affaires de corruption présumée.

Cependant, les sondages récents démontrent une forte popularité du couple Nétanyahou malgré tout.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.