Mardi 13 novembre, Raphaël Jay, un militant antinucléaire a été condamné à une peine de trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc (Meuse) pour des insultes et des menaces adressées aux forces de l’ordre.

Cette condamnation correspond aux réquisitions du procureur de la République Olivier Galdy.

Au cours de l’audience du 16 octobre dernier, il avait regretté que les gendarmes sont soumis à des comportements similaires tous les jours.

Aussi, un individu âgé de 31 ans a été condamné à une peine de trois mois de prison avec sursis pour avoir craché et insulté un militaire au mois de septembre.

De plus trois autres personnes ont été condamnés à payer des amendes d’un montant compris entre 150 et 1350 euros aux motifs d’insultes et outrages.

Enfin, Gaspard D’Allens, un homme âgé de 27 ans a tout de même été relaxé.

Dans un communiqué, ce dernier a évoqué des « procédures expéditives, une surveillance généralisée et une criminalisation de nos moindres faits et gestes ».

Il a également fait part « des élucubrations policières qui visent avant tout à nous intimider et à nous museler ».

Ce militant antinucléaire avait été arrêté dans le cadre de débordements réguliers d’opposants au projet d’enfouissement de déchets radioactifs dans le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) dans la commune de Bure.

Porté par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra), ce projet consiste à l’enfouissement des déchets en question issus du nucléaire français à une profondeur de 500 mètres.

Le site choisi est à cheval sur deux communes : Mandres-en-Barois et Bure. Depuis, de vives tensions ont lieu sur place entre les opposants et les forces de l’ordre.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.