Une ancienne utilisatrice de la pilule 3e génération commercialisée par Bayer a porté plainte contre le groupe. Cette plainte au pénal contre une pilule contraceptive est inédite.

Victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) trois mois après la consommation des premières plaquettes d’une pilule 3e génération, une jeune femme a décidé de porter plainte contre le groupe en charge de la commercialisation du produit, Bayer.

La plainte, déposée vendredi auprès du procureur de Bobigny en Seine-Saint-Denis, contre une pilule contraceptive est la première au pénal en France.

Le groupe Bayer et le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) sont accusés d’ « atteinte involontaire à l’intégrité de la personne humaine ».  Selon l’avocat de la plaignante,  l’ANSM n’a pas respecté le « principe de précaution » en ne retirant pas la pilule du marché. Il ajoute que « cette pilule ne  sert strictement à rien » et qu’ « elle est dangereuse ».

Six ans après son AVC, Marion, qui a aujourd’hui 25 ans, est « épileptique, aphasique et handicapée à 65% ».

Près de 2 millions de femmes prennent une pilule 3e génération. Ce contraceptif contient des progestatifs. Elle ne sera plus remboursée à partir du 30 septembre 2013.