La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté trois personnes au cours de manifestations anti-gaz de schiste à l'est du Nouveau Brunswick le mercredi 5 juin.

Les officiers de la gendarmerie royale ont arrêté trois personnes sur les cent manifestants présents pour la seconde journée du rassemblement anti-gaz de schiste près de Saint Paul.

Les protestants ont barré la route aux camions prévus pour les tests sismiques, brandissant des pancartes, tambourinant et chantant pour faire valoir leur mécontentement.

L'une des manifestantes arrêtées, Lorraine Clair, a déclaré que le motif d'accusation pour son rôle dans le rassemblement n'était que sottise : « Maintenant ils savent ce que nous pensons ce que nous disons quand nous affirmons que nous protégerons la Terre Mère et que nous allons exercer nos droits et c'est exactement ce que j'allais faire », a-t-elle expliqué.

Jeudi, un groupe de protestants a encerclé et saisi un camion détenu par un contractuel de SWN Resources Canada. L'entreprise possède une licence pour explorer le gaz de schiste dans la région.

Le gouvernement du Nouveau Brunswick a déjà annoncé une série de réformes qui visent à donner à la province quelques-unes des lois les plus strictes en matière d'exploration de l'huile et du gaz naturel en Amérique du Nord.

Le ministre de l’Énergie, Craig Leonard, a de son côté déclaré que le gouvernement soutenait le droit des protestants à manifester « tant qu'ils le faisaient de façon légale ».

Lorraine Clair a été relâchée après sa détention préventive. Elle comparaîtra au tribunal dans un futur proche.