La cour d'assise de Strasbourg entame un procès de trois jours, à partir du lundi 23 septembre 2013, où doivent comparaître Sabrina et Lionel, pour avoir violé et agressé sexuellement le fils de Sabrina, alors âgé de 4 ans en 2010, au parloir de la prison de Toul lors d'une visite au beau-père.

Un procès de trois jours pour les violeurs d'un enfant de 4 ans

Alors qu'il était en prison à Toul, en Meurthe-et-Moselle, en février 2010, Lionel reçoit la visite de sa compagne et du fils de 4 ans de celle-ci. Tous les trois au parloir, caché par des sacs poubelles pour plus d'intimité, la mère positionne son fils et le maintient pour que son compagnon puisse le violer à deux reprises : une fois le matin et une autre fois, l'après-midi. Lors des faits, les surveillants ne sont pas intervenus puisqu'ils ne voyaient rien à cause des sacs poubelles. En effet, comme dans d'autres établissements pénitentiaires, une certaine tolérance est acceptée lors des visites conjugales cependant l'avocat de l'enfant ne l'entend pas ainsi et déclare vouloir « assigner le centre de détention de Toul en responsabilité à la fin du procès aux assises ».

Quant à la mère, Sabrina, elle nie aucun fait. Elle avoue même avoir violé son fils entre 2009 et 2010 à la demande de son compagnon, selon elle alors que celui dément les faits. Une vidéo prouve cependant que via un téléphone portable, le beau-père pouvait entendre le viol de l'enfant par sa propre mère. Les policiers ont également retrouvé des cartes à puce où se trouvent des films montrant la mère violer son fils. Elle les envoyait à son compagnon en cellule. Le procès ne sera pas à huis-clos à part au moment de la diffusion des vidéos. La mère de l'enfant reconnait être « totalement consciente » de la gravité des faits.