Lundi 15 janvier, Teva a été condamnée à une amende d’un montant de 22 millions de dollars au motif de corruption, selon une annonce du ministère de la justice israélien.

Afin de développer son activité au Mexique, en Ukraine et en Russie, le leader mondial des médicaments génériques a payé des pots-de-vin à des docteurs et des fonctionnaires.

Cette affaire a déjà coûté 519 millions de dollars d’amende à Teva avec le procès qui s’est tenu pour les mêmes motifs aux États-Unis en 2016.

Dans un communiqué, le ministère israélien explique avoir mené leurs propres investigations « afin d’examiner les ramifications de cette affaire en Israël ».

Pour le ministère israélien, le choix d’une amende de 75 millions de shekels (18 millions d’euros) plutôt qu’un procès a été motivé par plusieurs éléments.

Teva, qui a reconnu les faits reprochés, a notamment collaboré avec les autorités d’Israël et les changements nécessaires ont été opérés afin de ne pas réitérer de tels agissements.

Les juges ont également pris en considérations la situation économique de Teva.

En décembre, la firme a annoncé la suppression de 14 000 emplois après les nombreux licenciements qui ont eu lieu au cours de ces derniers mois.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom