Lundi 17 septembre, l’ex-présidente de l’Argentine, Christina Kirchner, a été mise en examen dans le cadre de l’affaire des « cahiers de la corruption ».

Claudio Bonadio, le juge en charge de ce dossier, a aussi demandé le placement en détention provisoire de Christina Kirchner, elle est identifiée comme étant à la tête de cette association illicite aux côtés de défunt mari, Nestor Kirchner, décédé en 2010 et qui était à la tête de l’Argentine entre 2003 et 2007.

Cette demande de placement en détention provisoire n’a pas de chance d’aboutir, vu que la suspecte est également sénatrice, elle bénéficie de l’immunité parlementaire.

Son parti, les péronistes, étant majoritaire au Congrès, la levée de cette immunité parlementaire est loin d’être décidée.

En outre, Miguel Angel Pichetto, un péroniste à la tête d’un bloc au Parlement, a expliqué qu’une telle décision ne peut être prise « qu’en cas de condamnation, mais pas en cas de détention préventive ».

Ces explications semblent bien futiles, en référence au cas de l’ancien président Carlos Menem, qui siège toujours au Sénat après sa réélection en 2017, et ce malgré une condamnation à une peine de sept ans de prison pour une affaire de trafic d’armes entre la Croatie, l’Équateur et l’Argentine.

Dans son communiqué, le juge Claudio Bonadio déclare : « entre 2003 et 2015, une collusion entre fonctionnaires et chefs d’entreprise a fait fonctionner un système de distribution de pots-de-vin à des fonctionnaires » alors que les dirigeants des sociétés « prétendent avoir cédé aux pressions » afin d’obtenir des contrats de travaux publics, avant de rajouter : « mais le gros de ces fonds était destiné à enrichir le patrimoine personnel de ceux qui, entre 2003 et 2015, ont occupé les plus hautes fonctions ».

Dans cette affaire, Christina Kirchner a été mise en examen aux côtés de plus de quarante autres suspects, des hauts fonctionnaires comme des dirigeants d’entreprise.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.