Selon une information du Monde en date du 6 décembre, l’Inspection Générale de la police nationale (IGPN) est en charge d’une enquête suite à la diffusion d’une vidéo montrant deux policiers frappés un homme à terre à plusieurs reprises, en marge de la manifestation du 5 décembre à Paris.

Une source judiciaire a précisé au quotidien que l’enquête a été ouverte par le parquet de Paris, au motif de violences par personnes dépositaires de l’autorité publique.

La vidéo a été réalisée par NnoMan Cadoret, un photographe présent sur place au moment des faits.

Sur le boulevard Magenta dans le 10èmearrondissement de la capitale, il est près de 16 heures quand NnoMan Cadoret filme les violences entre les forces de l’ordre et des manifestants.

Depuis une quarantaine de minutes, le cortège de manifestants s’est scindé aux abords de la place de la République suite début des échauffourées, du matériel de chantier a été incendié.

Ces heurts empêcheront plusieurs milliers de personnes d’accéder sur la place avant 16 h 20.

Après une charge des forces de l’ordre, qui s’est déroulée au niveau du 5 du boulevard Magenta, deux policiers sont filmés en train de matraquer un individu au sol.

Les coups de matraque et les coups de pieds fusent pendant un instant avant que les deux policiers ne repartent en courant.

L’individu qui a été frappé n’a pas été interpellé.

Cette vidéo permet de voir qu’il s’agit de policiers appartenant à une unité légère d’intervention et de réaction rapide (ULI2R).

Ces unités, présentes au sein des six compagnies d’intervention de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) de la Préfecture de police de Paris, assure le rétablissement et le maintien de l’ordre mais aussi des missions à haut risque.

Pendant la journée du 5 décembre, près de 12 000 contrôles et 91 gardes à vue ont été constatés à Paris.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.