Mardi 4 février, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire suite aux révélations de Sarah Abitbol, ancienne championne de patinage artistique.

Après la sortie de son livre en janvier, dans lequel la femme témoigne des viols et agressions sexuelles commises par son entraineur alors qu’elle était encore mineure, le parquet a ouvert une enquête « des chefs de viols sur mineurs par personne ayant autorité sur la victime et d’agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité sur la victime au préjudice, notamment, de Sarah Abitbol ».

Dans son livre, l’ancienne championne de patinage artistique livre un témoignage glaçant sur les viols commis par son entraîneur alors qu’elle n’était âgée que de 15 ans.

Elle a déclaré sur BFM-TV : « je suis soulagée, cette prise de parole porte enfin ses fruits ».

Dans un communiqué, Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris, a annoncé : « au-delà des faits évoqués dans ce livre, les investigations, confiées à la brigade de protection des mineurs de la direction régionale de la police judiciaire de Paris, s’attacheront à identifier toutes autres victimes ayant pu subir, dans le contexte décrit, des infractions de même nature ».

Roxana Maracineanu, la ministre des sports, a demandé lundi à Didier Gailhaguet, le président de la Fédération française des sports de glace, de démissionner.

Ce dernier ne semble pas prêt à abandonner son poste, il a demandé un délai de réflexion et s’est empressé de répondre à cette demande de démission par une charge contre les ministres des sports de l’époque.

Mardi, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a déclaré apporter « son entier soutien aux victimes des actes de violences sexuelles ».

Le CNOSF a précisé : « la libération de la parole, qui concerne aujourd’hui de nombreux secteurs de la société, doit se poursuivre afin que la justice puisse être officiellement saisie » et s’est engagé à prendre « toutes ses responsabilités conformément aux dispositions prévues dans le code du sport ».

Depuis la parution du livre de Sarah Abitbol, de nombreux athlètes français ont tenu à apporter leur soutien aux victimes de viols et d’agressions sexuelles, les encourageant à dénoncer de tels agissements aux autorités.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.