Dans la soirée de mercredi 19 février, la ville de Hanau, dans la région de la Hesse en Allemagne, a été visée par deux attentats.

Ces attaques, survenues à proximité de Francfort, ont visé deux bars à chicha et ont occasionné neuf morts et plusieurs blessés, certains d’origine kurde.

L’une des personnes blessées était entre la vie et la mort dans la matinée du lendemain.

Le parquet fédéral s’est saisi des investigations, évoquant une possibilité de « motivation xénophobe ».

Le parquet fédéral est compétent dans les dossiers terroristes.

Le tueur présumé, Tobias R., titulaire d’un permis de chasse et de nationalité allemande, a été retrouvé décédé à son domicile dans la nuit, un autre corps sans vie à ses côtés.

D’après le quotidien allemand Bild, ce corps pourrait être celui de sa mère, âgée de 72 ans.

Cette soirée d’horreur a débuté aux environs de 22 heures dans la nuit du mercredi, quand l’assaillant a ouvert le feu dans le Midnight, un bar à chicha du centre-ville d’Hanau.

Cinq personnes, dont certaines d’origine kurde, ont perdu la vie dans cette première attaque terroriste.

Par la suite, l’individu s’est rendu dans un quartier résidentiel proche de son domicile, à Kesselstadt.

Il a à nouveau ouvert le feu dans l’Arena, un autre bar, où il a abattu quatre personnes avant de rentrer dans son appartement, où il a été retrouvé mort.

Les enquêteurs lui ont attribué un manifeste et une vidéo dans laquelle le suspect fait part de « peuples à éliminer ».

Dans la vidéo en question, qui a été supprimée d’internet tôt dans la matinée du jeudi, le tireur présumé s’exprime face caméra au peuple américain.

Il dénonce des « organisations secrètes invisibles » aux « méthodes diaboliques », qui œuvrent pour mettre en place « un système d’esclavage moderne ».

Dans son discours, il explique que des enfants sont maltraités et tués dans des bases souterraines militaires, appelant les Américains à entrer en résistance.

L’Allemagne reste sous la menace du « terrorisme d’extrême droite ».

Avant ces deux attaques, une synagogue dans la ville de Halle avait été la cible d’un individu sous l’influence du « suprémacisme blanc » il y a quatre mois et le préfet de Cassel, Walter Lübcke, avait été assassiné il y a huit mois par un néonazi.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.